La messe du Père Pedro

Bonjour !

Ce matin, nous sommes partis très tôt, dans nos taxis-brousse, pour nous rendre à Andralanitra : un des villages de l’association Akamasoa (qui veut dire : « amis fidèles et sincères »). C’est un village construit de toutes pièces par les plus démunis de Tana. Et c’est le Père Pedro qui est à l’origine de cette association.

Tous les dimanches matin, il y a la fameuse messe du Père Pedro. Nous sommes arrivés en haut de la colline, à grande peine, les rues étant bondés par les piétons, pousse-pousse et autre. La messe se tient dans un gymnase couvert et les gradins sont pleins à craquer : enfants, personnes âgées, adultes, touristes, étrangers,…la liste est longue concernant toutes les personnes qui viennent voir le Père.

La messe est un spectacle : fanfare (moderne), danses rythmées qui accompagnent les passages lus de la bible…tout le monde se connaît, c’est l’impression qui est donnée en tout cas. Certaines lectures sont en français, pour les étrangers ou « vazaha » que nous sommes !

C’est un moment fabuleux ! Voir toutes ces personnes qui chantent et dansent ensemble est magnifique et moi-même je n’ai pas pu retenir mes larmes face à ce tableau.

Messe père Pedro
Le Père Pedro
Messe père Pedro 2
Une des multiples danses

Après la messe, vers 12h, nous sommes partis pour Antsirabé avec 5h de route. Le matin, nous avions rechargés nos valises sur les vans, et nous sommes repartis ! Quand nous sommes arrivés, le soir, les Malgaches nous attendaient avec des drapeaux, des chants…et un goûter ! Le temps de faire connaissance rapidement, de faire les chambres (2 françaises + 2 malgaches chez les filles), et nous sommes allés nous coucher.

À demain !

 

Publicités

Arrivée à la capitale

Bonsoir !

Tout ce passe vraiment bien, nous sommes à la capitale : Antananarivo (ou Tananarive en Français) et on se repose pour l’instant. Le paysage est très différent mais vraiment magnifique, je vous en parlerais plus dans un prochain message.

Hier, nous nous sommes reposés et découvert notre foyer, puis on a découvert le quartier à pied. Le Père Henri nous a accueilli et présenté la ville. Puis nous sommes allés voir une carrière qui permet aux malgaches de tailler leurs propres pierres pour les routes, maisons… On entendait le bruit incessant des tailleurs « tac-tac-tac », cela a été un moment dur et riche en émotions.

Antananarivo - vue du foyer 2.JPG
Vue du foyer
image1.JPG
La carrière

Et aujourd’hui nous avons visité la capitale : le centre historique, l’Avenue de l’indépendance, le Zoma (marché), le Palais de la Reine… À midi nous avons mangé dans une famille Malgache qui connait la communauté. Les spécialités étaient au menu : Romazava de Fanja (riz, zébu, porc, poulet, brèdes, gingembre), koba (cake à la farine de riz, cacahuètes pillés cuit au bain marie dans des feuilles de bananier), achards de légumes…

Kobandravina_dessert_snack_food_Antananarivo_Madagascar.jpg
Des koba

Dans les villes et partout d’ailleurs, la route n’est pas que pour les voitures (qui sont très peu nombreuses). Il y a beaucoup de taxi-brousse, pousse-pousse, cyclo-pousse, piétons, charrettes tirés par des zébus…aucun marquage au sol, 1 panneau de signalisation dans toute la ville (fait main), et pourtant aucun accident. Les gens marchent au milieu de la route, personne ne fait attention, ils sont tous sereins ! Un peu comme en Inde.

Antsirabe.jpeg
Une rue avec un pousse-pousse…
image1.JPG
Nos taxis-brousse avec nos valises : nous en avons 3 !

La vie se passe aussi dans la rue. Les gens vendent leurs légumes à même le sol sur des tissus. Les petites boutiques sont ouvertes sur la rue, comme tous les magasins. Le coût de la vie n’est pas pareil qu’en France, la nourriture n’est pas très chère (à l’exception de la vanille, très prisée par les touristes). Les carottes sont vendues râpées, tout le monde ne possède pas un couteau.

Il faut maintenant que j’aille dormir, beaucoup de choses nous attendent demain et je suis encore fatiguée !

Bonne nuit

 

Départ pour Antananarivo !

Bonjour !

Voilà une journée que l’on est partis ! Depuis 3h ce matin jusqu’à maintenant (23h30 heure locale), nous sommes dans l’avion. Nous sommes partis de Lyon jusqu’à Paris, avec une escale puis après Paris – Antananarivo. J’ai déjà pu discuter avec plusieurs personnes de Mada, qui nous on félicité pour notre projet et encouragés. Ils nous ont aussi prévenus sur les températures (10°C à peu près).

On atterrit dans 30 min et on va mettre 3h avant d’arriver dans notre foyer à la Communauté du Chemin Neuf à Antananarivo. Il faut remplir les papiers pour la douane, faire les visas, le change, récupérer les valises… (Nous n’en avons perdu aucune, première fois en 8 ans !)

image 2

image
1 € est égal à 3 360 Ariary environ

Comment ça se passe pour moi ? J’appréhende notre arrivée, c’est normal. Est-ce que tout est aussi différent comme tout le monde le dit ? On vérifiera tout cela après quelques heures de sommeil !

Pour l’instant il y aura peu de photos, car nos encadrants nous les feront passer vers la fin du voyage !

On vient d’annoncer l’atterrissage, je vous laisse à vos aventures et à très vite !

Projet Madagascar : une expérience humaine

Bonjour à tous,

Je me présente, Mélanie, élève de 17 ans au lycée Les Maristes. J’ai déjà participé à de nombreux voyage en France comme à l’étranger (3 mois de rêve en Allemagne, À la découverte de l’Ouest, Immersion à Francfort), et je compte en réaliser encore beaucoup ! En début d’année, je me suis alors lancée dans une nouvelle aventure…

Mon lycée organise, depuis 7 ans, un projet humanitaire sur l’île de Madagascar dans le but de se mettre au service des enfants défavorisés. Nous serons donc 36 participants du lycée Sainte Marie à être accueillis par une communauté catholique : la Communauté du Chemin Neuf, près d’Antananarivo (Tananarive en français), la capitale.Communauté du Chemin Neuf

Pendant 18 jours, nous animerons une colonie de 600 jeunes vivant dans la rue, nous leur offrirons des repas, des vêtements que nous avons pu récupérer grâce aux dons de certaines personnes, nous leur ferons classe… Sur place nous seront suivis par une trentaine de jeunes malgaches qui nous aideront à comprendre les plus petits qui ne parlent pas français.

“ C’est une aventure qui forge une vie ”, “ Le choc culturel est énorme ”  m’ont dit toutes les personnes à qui j’ai parlé de ce projet.

Nous nous lancerons dans la grande aventure demain matin,  jeudi 14 juillet à 6 h 40, départ de notre avion.  Nous partons de Lyon avec une escale à Paris puis nous arrivons à la capitale où nous resterons trois jours.

Nous partons sans téléphones et ordinateurs, je ne pourrai donc pas tenir ce blog à jour pendant la durée du voyage. Les articles seront donc postés une fois que je serai rentrée en France.

Dans quelque heures c’est parti !

Merci à vous tous