À propos du pays et Zazakely

Bonjour !

Pleins de choses à raconter ! J’en profite pendant que mes T4 (CM1) sont en temps calme. Nous avons dépassé la moitié du séjour et pour tout vous dire, ce n’est plus tout rose.

On commence à avoir des tensions avec le groupe, même intérieurement c’est difficile de tout gérer. Après tout, c’est normal, on vit quelque chose d’extraordinaire. Certains commencent à faire le décompte jusqu’au retour en France, d’autres voient les défauts de la colonie… Donc nous avons mis en place des temps de remerciement à la chapelle, des moments avec un adulte, on parle de ce que l’on ressent… Et c’est dans ces moments là qu’on se rend compte de tout ce que l’on vit et qu’on explose. Certains pleurent, comme moi, sans savoir pourquoi. Mais cela fait beaucoup de bien.

Je ne vous ai pas beaucoup parlé du paysage comme je n’en avais pas trop le temps. Je vais surtout décrire Tana et Antsirabé puisque ce sont les principaux endroits que je vois.

Le sol est rouge et très très poussiéreux. On a vite mal à la gorge quand on respire, d’où l’importance des foulards. Du coup, nous sommes vite très sales. Il y a aussi énormément de collines, montagnes, et rizières.

Les arbres, ce sont des pins, bananiers (énormément), palmiers, baobabs et autres arbres « secs ». Il y a aussi des cocotiers plus loin dans le pays. Les zébus font aussi parti du paysage, il y en a partout ! Par troupeaux entier.

Pour le climat, c’est l’inverse de la France. C’est l’été actuellement, et bien à Mada c’est l’hiver. Donc la nuit la température descend à 5°C à peu près et la journée il fait très chaud (20°C). Il y a aussi beaucoup de vent, donc de la poussière partout.

Nous avons aussi le droit à de magnifiques couchers de soleil, plus beaux les uns que les autres.

c4ff40004238404b99037f7b3dcfd091.png

Depuis aujourd’hui, je suis à Zazakely. Mes T4 sont 15, mais annoncés 40 au début, donc je suis plutôt contente. On a eu l’occasion de faire un béret, petit bac, pendu, peinture…ils sont très motivés par ce qu’ils font. Nous préparons aussi la danse pour la kermesse de vendredi !

P1180436

Mais une chose est sûre : je ne deviendrais pas maîtresse d’école, je n’ai pas assez de patience.

Le temps calme est fini, je dois y aller, à plus tard !

Publicités

Arrivée à la capitale

Bonsoir !

Tout ce passe vraiment bien, nous sommes à la capitale : Antananarivo (ou Tananarive en Français) et on se repose pour l’instant. Le paysage est très différent mais vraiment magnifique, je vous en parlerais plus dans un prochain message.

Hier, nous nous sommes reposés et découvert notre foyer, puis on a découvert le quartier à pied. Le Père Henri nous a accueilli et présenté la ville. Puis nous sommes allés voir une carrière qui permet aux malgaches de tailler leurs propres pierres pour les routes, maisons… On entendait le bruit incessant des tailleurs « tac-tac-tac », cela a été un moment dur et riche en émotions.

Antananarivo - vue du foyer 2.JPG
Vue du foyer
image1.JPG
La carrière

Et aujourd’hui nous avons visité la capitale : le centre historique, l’Avenue de l’indépendance, le Zoma (marché), le Palais de la Reine… À midi nous avons mangé dans une famille Malgache qui connait la communauté. Les spécialités étaient au menu : Romazava de Fanja (riz, zébu, porc, poulet, brèdes, gingembre), koba (cake à la farine de riz, cacahuètes pillés cuit au bain marie dans des feuilles de bananier), achards de légumes…

Kobandravina_dessert_snack_food_Antananarivo_Madagascar.jpg
Des koba

Dans les villes et partout d’ailleurs, la route n’est pas que pour les voitures (qui sont très peu nombreuses). Il y a beaucoup de taxi-brousse, pousse-pousse, cyclo-pousse, piétons, charrettes tirés par des zébus…aucun marquage au sol, 1 panneau de signalisation dans toute la ville (fait main), et pourtant aucun accident. Les gens marchent au milieu de la route, personne ne fait attention, ils sont tous sereins ! Un peu comme en Inde.

Antsirabe.jpeg
Une rue avec un pousse-pousse…
image1.JPG
Nos taxis-brousse avec nos valises : nous en avons 3 !

La vie se passe aussi dans la rue. Les gens vendent leurs légumes à même le sol sur des tissus. Les petites boutiques sont ouvertes sur la rue, comme tous les magasins. Le coût de la vie n’est pas pareil qu’en France, la nourriture n’est pas très chère (à l’exception de la vanille, très prisée par les touristes). Les carottes sont vendues râpées, tout le monde ne possède pas un couteau.

Il faut maintenant que j’aille dormir, beaucoup de choses nous attendent demain et je suis encore fatiguée !

Bonne nuit